Présentation

Je suis consultant en qualité de vie au travail et bonheur au travail. J'exerce mon métier à travers la marque Novéquilibres que nous avons créée avec une équipe pluridisciplinaire au sein de la coopérative d'activités et d'emploi COOPANAME, dont je suis associé.
Nous nous adressons aux organisations qui veulent favoriser et valoriser la qualité de vie au travail en lien avec une performance individuelle et collective durable.

Mon site professionnel :
www.novequilibres.fr

Le site d'actualité sur la qualité de vie au travail que nous proposons avec Novéquilibres :
www.laqvt.fr

Je suis également associé de La Manufacture coopérative (Manucoop) une coopérative dont l'objectif est d'aider les collectifs de travail à se transformer en organisations coopératives quel que soit, au final, le statut juridique mobilisé, et quels que soient les fondements de cette transformation : récupération, mutation, transmission, reprise, évolution.

J'ai créé le site www.a3qualvie.net sur le thème de la Qualité de vie. J'y ai développé en particulier un concept de ma création : "le réseau de sphères".

J'ai également créé le blog lesverbesdubonheur.fr dédié au bonheur et à la psychologie positive.

samedi 6 octobre 2012

Les verbes et le bonheur


Les 3 verbes : Etre, Avoir et Faire décident de se rencontrer pour se pencher sur la vie.

« La vie est un capital » dit le verbe Avoir « et donc la vie m’appartient ! »
« Etre ou ne pas être, telle est la question première, non ? » Rétorque le verbe Etre voulant reprendre la main sur la vie.

« Mais, dans la vie, la seule chose qui importe est de faire et pas seulement faire avec » surenchérit le verbe Faire pour enlever le morceau.
« D'ailleurs, dans la vie ce qui est fait, est fait et ce faisant, il faut faire l'avenir ».

« Attention ! », dit le verbe Avoir.  « La vie c'est avoir et avoir de plus en plus. C'est le sens de la vie. Tout le monde est bien d'accord. Et d'ailleurs, après la mort, on distribue les avoirs du défunt. C'est bien la preuve que c'est le sens ultime de la vie »

« Que tu es pauvre dans ton argumentation » réplique alors le verbe Etre. « Tous les avoirs se dispersent et disparaissent. On dit bien que la première génération accumule, la deuxième entretient et la troisième dilapide ».
« La vie ne s'arrête pas à la mort et se perpétue depuis des générations. Elle est et restera ».

C'est alors que survient un quatrième larron qui entreprend de se mêler de la conversation :
« vous, qui vous trouvez indispensables dans la vie, vous rêvez et c'est bien tout à mon avantage, à moi le verbe Penser. La vie est tellement plus vivante en pensées !
D'ailleurs, qu'il s'agisse d’être, d'avoir ou de faire, la vie se prépare, se vit et se prolonge par les pensées.
C'est moi, et moi seul, qui décide du malheur et du bonheur dans la vie.
Alors, cessez de vous quereller entre vous : la vie n'est que pensées. »

Le bonheur, qui n'est jamais bien loin, ayant entendu parler de lui entre alors dans la danse :
« Mes amis… Oui, vous êtes tous mes amis ! Laissez-moi vous dire en quoi vous me servez tous dans la vie.
Je commence par toi le verbe Avoir : avoir, il en faut bien un minimum, et sans ce minimum, je ne suis rien. Mais attention, la course à l'avoir me laisse sur place.

Toi, le verbe Etre, ton présent est essentiel. Et que te dire de plus.

Toi, le verbe Faire, c’est le plaisir, le sens et la mesure qui s'accordent le mieux avec moi.

Et enfin, toi, le verbe Penser, je reconnais bien tes forces qui tirent dans mon sens ou dans celui du malheur.
Développer la complicité avec les verbes Etre et Avoir dans le sens de la prise de conscience de la gratitude pour les bienfaits du présent, voilà qui m'arrange bien.

Et puis permettez-moi de vous présenter vos trois nouveaux amis : les verbes Ressentir, Apprécier et Reconnaître. Les émotions positives me nourrissent, et que seraient-elles sans toi le verbe Ressentir ? Tu feras bon ménage avec le verbe Etre.
Je suis sûr que toi le verbe Penser, tu t’entendras comme larron en foire avec le verbe Apprécier. Vous ne pourrez plus vous passer l’un de l’autre.
Et toi le verbe Reconnaître, déjà très lié au verbe Apprécier, nul doute qu’avec le verbe Faire tu sauras développer une belle complicité.


Vous êtes tous indispensables, et c'est l'harmonie entre vous qui me fait vivre au présent, toujours au présent, et rien qu'au présent.

Parce que je suis comme la vie : c'est ici et maintenant.

Ca n’attend pas et ça ne s’attend pas.

Licence Creative Commons
Les verbes et le bonheur de Olivier Hoeffel est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une erreur est survenue dans ce gadget